Du caractère sociable de l’intime : le plaisir esthétique chez Kant, entre solitude et communication

Raphaël Ehrsam

Resumen


Dans une large mesure, du XVIIe au XVIIIe siècle, on assiste à une métamorphose théorique des rapports entre plaisir, solitude et sociabilité. Tandis qu’au XVIIe siècle (et encore chez plusieurs auteurs du XVIIIe), le plaisir est décrit comme une expérience dont le lieu principal est la sociabilité, à l’inverse de la méditation sise de préférence dans la solitude, le XVIIIe siècle réinscrit le plaisir dans l’intimité solitaire du moi et majore l’idée d’une nécessaire communauté des sujets connaissant. La caractérisation kantienne de l’expérience esthétique, comme expérience d’un plaisir qui enveloppe immédiatement une prétention à l’universalité et à la communication, apparaît dès lors comme une façon de rompre la logique de ce chiasme.

Palabras clave


Plaisir, solitude, communication, Kant, histoire des idées

Texto completo:

PDF


DOI: https://doi.org/10.5281/zenodo.164006

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.
Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar análisis de uso y de medición de nuestra web para mejorar nuestros servicios. Si continua navegando, consideramos que acepta su uso.


Creative Commons by-nc 3.0 Logo

ISSN: 2386-7655

URL: http://con-textoskantianos.net

DOAJ LogoErih Plus LogoCitefactor logoredib Logo
LatIndex LogoISOC Logo MIAR Logo
SHERPA/RoMEO Logo
MLA LogoZenodo Logo
ESCI LogoEBSCO LOGOWeb of Sciencescopus logo